Architecte et Urbaniste de l’Etat

urbaniste de l'etatLes architectes et urbanistes de l‘État (AUE) constituent un corps interministériel créé en 1993 par la fusion du corps des architectes des bâtiments de France (ABF) et de celui des urbanistes de l’État. Ils sont rattachés au ministère du dé- veloppement durable ou au ministère de la culture mais font partie du même corps.

Dans l’exercice de leurs fonctions, les AUE du ministère de la culture assu- rent les missions des architectes des bâtiments de France au sein des services territoriaux de l’architecture et du patrimoine (STAP).

Téléchargement : Architecte et urbaniste de l’Etat.pdf

L’urbaniste : Le Dossier ! Revue Urbanisme n°304

Urbanisme 304 -janv.1999Curieux métier que celui de l’urbaniste qui pose les questions de sa formation et de sa pratique.

Médiateur ? Expert ? Ou homme de l’art ? Dans tous les cas l’urbaniste travaille en équipe, une donnée récente qui apparaît d’ailleurs comme un critère de qualification de l’urbaniste. Thierry Paquot procède à quelques sondages d’où il tire la persuasion que les démarches de l’urbaniste méritent la reconnaissance qu’elles n’ont pas. L’enquête de Hacène Belmessous fait ressortir que c’est le métier de l’architecte qui est généralement le plus proche de l’urbaniste. Titre que les autres praticiens de l’urbanisme au sein d’une agence préfèrent ne pas endosser. La fonction d’urbaniste reste difficile à identifier mais son évolution pose la question de son avenir. Entre tendances pessimistes et optimistes, chacun selon son expérience donne les signes d’une réponse, mais le dernier mot renvoie toujours au coût des opérations.

L’entretien avec François Defrain et Olivier Souquet montre que l’idée de limite est le point commun entre l’architecture et l’urbanisme. S’agit-il d’une question de méthode pour ces deux disciplines aux échelles opposées ?

Joëlle Bourgin préconise justement de secouer la méthode ! Tandis que Serge Gros se demande si ce ne serait pas le rôle un peu militant des Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement ? Pour leur part, c’est autour des mots et des concepts de l’urbanisme que nous entretiennent Laurent Coudroy de Lille, Jean-Pierre Frey, Véronique Faucheur, Denise Pumain et Marie -Claire Robic. Pierre Dubé et Claude Lavoie. Les questions pour le nouveau millénaire, s’enchaînent devant une concentration progressive de la population dans les grandes villes. Marie-Hélène Fabre Faustino clôt le dossier sur la profession d’urbaniste en Corée du Sud dans un contexte de crise et de déréglementation économique.

Téléchargement : Urbanisme 304 -janv.1999
En savoir plus : revue urbanisme

cnju – rapport 2012 sur l’insertion professionnelle des jeunes urbanistes

illustration_enquete2012Le CNJU diffuse les résultats de sa deuxième enquête nationale  sur l’insertion professionnelle des jeunes urbanistes, conduite en 2012 auprès de 622 diplômés.

Plus de 1000 diplômés en urbanisme font chaque année leur entrée sur le marché du travail. Cette nouvelle enquête vient confirmer les principaux enseignements mis en exergue par le CNJU en 2010, du point de vue des débouchés professionnels (employeurs, domaines de compétences exercés) tout en offrant de nouvelles tendances sur les conditions d’exercice (salaires, contrats de travail) notamment au sein des collectivités locales (premier recruteur) et de la fonction publique territoriale.

Adressée aux diplômés issus des promotions 2009 et 2010 de Master, l’enquête a ainsi permis de recenser 458 emplois d’urbanistes en plus des 562 répertoriés en 2010 lors de la première édition. Au total, les deux enquêtes permettent de consolider des données portant sur 1020 emplois d’urbanistes en proposant une photographie objective de la profession d’urbaniste : Du côté ou au service de la maîtrise d’ouvrage publique de l’urbanisme (au sein des collectivités locales ou en « AMO » au sein de la consultance privée, ces deux employeurs recrutant aujourd’hui les deux tiers des urbanistes), les jeunes urbanistes diplômés sont avant tout « stratèges », « analystes territoriaux » et « coordonnateurs de projet. »

Vitesse d’insertion professionnelle, taux d’emploi et taux d’insertion dans le domaine de l’urbanisme, analyse comparée des rémunérations par type d’employeurs, l’enquête offre des clés de lecture professionnelles utiles pour les étudiants et jeunes diplômés en urbanisme.

Téléchargements :
rapport nov.2011 : l’insertion professionnelle des jeunes urbanistes
enquête 2012 : premiers résultats sur l’insertion des jeunes diplômés en urbanisme

En savoir plus :
cnju

OPQU – Le métier d’urbaniste : Domaines d’activités et responsabilités

opqu_synthese_colloque_0En 2008, l’OPQU (l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes) en partenariat avec le CFDU (Conseil Français Des Urbanistes) a organisé un colloque réunissant élus, maîtres d’ouvrage, donneurs d’ordre et professionnels autour du métier d’urbaniste, de ses domaines d’activités et de ses responsabilités.

Si cette synthèse était jusqu’alors uniquement disponible en format numérique sur le site de l’OPQU, il en en assure aujourd’hui la publication papier. En effet, à leur relecture ces restitutions attestent de leur ardente actualité. Celle d’un métier d’intérêt général et majeur, dont le positionnement demande encore beaucoup plus de lisibilité face à des besoins et des enjeux territoriaux toujours plus importants.

Cette synthèse qui permet de comprendre ce que les maîtres d’ouvrage, les donneurs d’ordre et autres employeurs attendent d’un urbaniste. Vous comprendrez ainsi pourquoi l’absence d’un statut d’urbaniste dans la fonction publique, autant que l’absence de notion de recours indispensable à l’urbaniste seront probablement considérés dans quelques années comme une incompréhensible erreur d’appréciation.

Téléchargement :
Synthèse du colloque OPQU/CFDU : Le métier d’urbaniste
Actes du Colloque du 25 Septembre 2008

En savoir plus :
Arc en rêve, centre d’architecture

Marchés publics – Comment bien remplir les formulaires de « déclaration du candidat » ?

Ban_LeMoniteurLe Moniteur a publié en Janvier 2011 un cahier pratique regroupant les nouveaux formulaires « déclaration du candidat », simplifiés et modernisés par la DAJ, ainsi que leurs notices, annotés par l’Association pour l’achat dans les services publics (APASP), de manière à en faire émerger les enjeux essentiels.

En effet, depuis mai 2010, la direction des affaires juridiques de Bercy (DAJ) a entrepris la révision des formulaires de déclaration du candidat (DC). Ce sont les formulaires que les entreprises joignent habituellement à leur dossier de candidature pour l’attribution des marchés publics : ils permettent à l’entreprise de décliner son identité, son chiffre d’affaires, sa situation fiscale et sociale…
En pratique, ces formulaires sont toujours demandés et il est important pour les entreprises de bien les connaître.
La clarification et la simplification de ces formulaires ne peuvent qu’être saluées dès lors que cela va mécaniquement dans le sens d’une meilleure compréhension du monde des acheteurs publics par les entreprises. Comme lors de la refonte des derniers textes et documents relatifs aux marchés publics, la réécriture des formulaires a fait l’objet d’une large concertation sous la houlette de la DAJ des ministères chargés de l’Économie et du Budget.

Téléchargement :
Cahier pratique – Le Moniteur n°5589 du 7 janvier 2011

En savoir plus :
Marché public.com – Les formulaires expliqués rubrique par rubrique
DC1, DC2, DC3, DC4, NOTI, OUV en téléchargement sur le site du Ministère de l’économie et des finances

Maitre d’ouvrage de projets d’aménagement – Comment bien choisir son maître d’œuvre ?

banmoniteurmay13L’expérience montre que la qualité d’un aménagement ou d’une construction dépend pour beaucoup de la qualité des commandes passées par le maître d’ouvrage. Celle passée auprès du maître d’œuvre ne déroge pas à cet enseignement. C’est à cette fin qu’a été élaboré ce Cahier pratique dont la question centrale est : comment choisir son maître d’œuvre ?

À destination des maires ou présidents d’une communauté de communes, ce cahier pratique offre un éclairage en 10 points sur les différentes étapes pour rendre cette démarche performante : formalisation des besoins et du programme, préparation de la consultation, choix de la procédure et de la meilleure offre, traitement de l’offre anormalement basse… sont abordés ici de façon synthétique. Ce document permet de sensibiliser les élus à leurs missions et obligations de maîtres d’ouvrage à l’heure où l’État met fin à son assistance en ingénierie.

Ces différents points sont tirés du guide « Le maire et l’ingénierie. Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics) » publié en novembre 2011 par l’Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Idrrim) avec l’Association des maires de France (AMF) et enrichi de fiches pratiques ici reprises.

Téléchargement :
Cahier pratique – Le Moniteur n°5710 du 3 mai 2013

En savoir plus :
Le moniteur.fr